Panier

Entreprise Française 🇫🇷

 -10% MAINTENANT AVEC LE CODE NOEL10

contact@vintage-univers.com

porter une robe année 50

Comment porter une robe année 50 ?

Las de la guerre, des pertes et de la désolation, les hommes des années fifties ont soif de vie. De leur côté, les femmes revendiquent leur féminité à travers leur habillement. La mode exprime alors leur envie de changement. Arrive sur le devant de la scène une flopée de vêtements féminins. Les grandes maisons de couture émergent également de l’ombre. Comment porter une robe année 50 ? À travers ces paragraphes, remontez à l’époque du « New Look », découvrez les styles d’antan, les assortiments et les accessoires des articles féminins.

Les robes en vogue dans les années 50

Les coupes des années d’après-guerre rappellent l’élégante époque victorienne, en témoignent les robes vintages suivantes.

La fabuleuse robe corolle

Créateur iconique de la mode des années 50, Christian Dior a créé bien des merveilles, dont la robe corolle. La pièce fait figure de pilier du courant New Look. Un buste moulant et un jupon gonflé caractérisent le modèle. La pièce ultra-féminine est cintrée à la taille, mais s’évase aux genoux.

La robe se décline aujourd’hui en une multitude de versions : courte, longue, plus et moins volumineuse. Dans un esprit chic, combinez-la à un blazer ajusté et des talons hauts.

Pour un look rétro sobre, tournez-vous vers une robe corolle fleurie accompagnée d’une paire d’escarpins ou de ballerines. Un modèle noir marié à une paire d’escarpins hauts et d’un perfecto pimentera ce look discret et aboutira à un style rock’n’roll.

La robe swing des femmes au foyer

Débordantes d’énergie, les femmes des années 50 cuisinaient, rangeaient et s’occupaient des enfants à plein temps. Afin de rester gracieuses derrière les fourneaux, elles revêtaient la robe swing ou la robe balançoire. Le vêtement dévoile un haut droit prolongé d’une jupe évasée. Elle se pare d’imprimés à carreaux ou à rayures fines.

La robe swing porte souvent à confusion avec la robe patineuse. Les deux coupes avantagent les silhouettes en O, mais elles mettent aussi en valeur les silhouettes en X et en H. La robe patineuse est moins évasée et semble plus courte par rapport à la robe swing. Celle-ci se porte avec un jupon afin de maximiser son volume.

La robe à pois style pin-up

La mode des pin-up survient à l’aube du XXe siècle. Le style résulte d’un savant mélange de force et de confiance avec un soupçon d’innocence. Les artistes et les mannequins star de l’époque s’emparent du look. Le style prend alors son envol en 1940 et atteint son summum dans les années 50.

La robe pin-up se mêle aux pièces phares du moment. Elle vous glisse dans la peau d’une jeune femme espiègle. La coupe extravagante souligne votre croupe féminine. La tenue reflète la liberté et la confiance qui encourageront l’émancipation féminine.

La tenue se marie avec une paire d’escarpins vintage et une coupe de cheveux bouclée chic.

La robe du courant rockabilly

Plus qu’une tenue, le rockabilly est une culture fondée sur le genre musical rockabilly. Celle-ci découle de la fusion entre la country et le rock’n’roll.

La robe rockabilly possède des bretelles larges croisées sur la nuque. Elle s’agrémente d’un décolleté en cœur. Le blanc, le noir, le vert et le corail font office de couleur. Les motifs floraux sont à l’honneur et ressortent un brin de romantisme.

La robe s’accorde avec une veste en cuir, symbole du courant rockabilly. Dans ce cas, chaussez vos pieds de ballerines afin d’alléger cette connotation rock’n’roll. Portez des talons hauts pour rehausser votre élégance.

La robe fourreaux pour les soirées agitées

La robe fourreaux habillait les femmes au foyer qui profitaient de la chaleur de la soirée pour sortir et se changer les idées. Les maisons de couture privilégient les matières riches pour sa confection, en l’occurrence :

  • le taffetas ;
  • la soie ;
  • le velours ;
  • le damas ;
  • la dentelle.

Le noire demeure la valeur sure en matière de couleur. Des bijoux en or et une coiffure bouffante complètent la robe.

La tenue se réserve aux silhouettes en 8 et en X. Les autres morphologies peuvent néanmoins mettre la robe à condition de faire attention au fashion faux pas. Une robe rockabilly qui laisse deviner les petites imperfections ternit votre style.

La robe manteau pour une allure classe

La robe manteau a fait beaucoup parler d’elle. Comme son nom l’indique, elle arbore la forme d’un long manteau. L’article se pare d’un col large à l’image d’un pardessus. Sur le milieu se place une ligne de boutons de taille imposante qui parcoure la tenue jusqu’au bas de la jupe. Son dos neutre est dépourvu de fermeture à glissière. La robe renferme des épaules rembourrées et des manches Dolman (manches droites et taillées sur le corsage).

Des chaussures blanches vintages, un chapeau et une paire de gants accompagnent cette pièce chic. L’assortiment vous fournira une chaleur agréable en hiver.

une jeune femme porte une robe rétro blanche à pois noirs. elle est dans un champ devant une voiture rétro bleue.
Tenue rétro

La fameuse robe chemise

La robe chemise consiste en une version décontractée de la robe pin-up. À la manière d’un chemisier, elle possède un haut boutonné et ajusté qui se termine à la taille. Les boutons sont disposés de sorte à entrer et à sortir de l’habit. Les cols sont pointus. Une jupe plissée ou circulaire se rattache à la tenue. L’habit rétro est en rose (couleur très prisée), en vert, en blanc ou en bleu.

La robe chemise était la tenue de maison des femmes au foyer. Elle se portait en toute modestie sous un tablier. Malgré sa simplicité, elle se marie avec tous les vêtements féminins. Elle possède une version plus glamour parée de strass ou de perles. Lee modèle se porte en dehors de la maison.

La robe trapèze pour l’hiver

La robe trapèze appartient à la famille des robes chemises. Elle est dotée d’un haut ajusté qui s’évase suivant la ligne A. Sa particularité réside dans sa capacité à accentuer le buste tout en camouflant les cuisses et les hanches.

Durant les rudes froids hivernaux, combinez la robe trapèze avec des collants colorés qui intensifient son style rétro. Des bracelets et une besace joueront le rôle d’accessoires de mode. Toutefois, préférez une pochette et sublimez votre visage d’une paire de boucles d’oreilles si vous partez en soirée vêtue de la robe trapèze.

Dans un contexte professionnel, la robe trapèze dépourvue de manches s’harmonise avec un col roulé monochrome, un manteau long et des talons hauts.

Accessoiriser la robe des années 50

Les années 50 marquent la revendication de la place de la femme dans la société. La mode féminine traduit cette volonté.

Porter un sac à la main

Le sac à main est un accessoire à double fonction. Il occupe à la fois un rôle pratique et un rôle esthétique. Son choix dépend du style recherché. Un sac rétro avec votre robe vous plonge dans un look 100 % vintage. À l’inverse, un contenant moderne transforme votre tenue vintage en look contemporain.

Entrent aussi en ligne de compte votre morphologie, vos préférences et vos besoins. Les petits sacs s’adressent aux personnes de petite taille. Un sac à dos vintage supporte une utilisation quotidienne, tandis qu’un sac à bandoulière s’utilise occasionnellement.

Le sac matelassé équipé d’une chaîne dorée soulignera avec grâce votre tenue rétro.

Apparu en1955, le sac à main de clochard a ornera votre robe. Il a été fabriqué à partir de la paille, u plastique ou de la maille.

Souligner le regard avec des lunettes de soleil

Les lunettes papillon ont régné en maitre pendant les fifties. Elles ont atteint le rang d’accessoires estivaux par excellence. Marylin Monroe et Audrey Hepburn (les figures hollywoodiennes de l’époque) ont contribué à leur ascension.

La forme élancée de leurs extrémités et leur élégance sans pareil font tout leur charme. La pièce mise sur l’exagération. Les lunettes donnent à leur porteur un effet de lifting. Elles confèrent également à votre visage un subtil effet de sensualité. Leur monture se rapproche de la forme d’une amande, soulignant les traits du visage. L’accessoire renferme un cerclage épais qui ajoute une pointe raffinée à votre look.

Les chaussettes et les bas : les éléments de confort

Les chaussettes bobby sont indissociables aux chaussures décontractées des années 50. L’accessoire est unisexe. Il s’accorde avec une tenue classique.

Les robes vintages, au même titre que les jupes vintages, se portent avec des bas. Si certains couvrent les pieds et les chevilles, d’autres arrivent jusqu’aux cuisses et s’accrochent à l’aide des jarretières. Les modèles se parent de motifs de talons (talons pointus, talons cubains), de flèches ou d’arcs. Les femmes aimaient être le centre de l’attention. Elles n’hésitaient pas à exploiter les imprimés extravagants pour parvenir à leur fin.

Les gants synonymes de finesse

Tout au long de cette période, aucune femme ne sortait de la maison les mains nues. Celles-ci se couvraient impérativement de paire de gants. Les longs gants déposent un look chic et mettent en valeur la tenue. Les pièces emblématiques sont conçues en satin, en coton ou en soie, des matières douces et confortables. Les bords sont droits, ébouriffés ou festonnés. Leur longueur couvre vos poignets dans leur totalité. Le blanc demeure la couleur dominante.

Lors de votre achat, portez une attention particulière à la taille des gants avant de valider votre choix. Vos mains modernes pourraient être incompatibles aux petits gants de l’époque.

Un chapeau sur la tête

Les chignons et les cheveux courts avaient le vent en poupe. Ces coiffures facilitaient le port d’un couvre-chef. Le chapeau oversize et sa version minimaliste, le bibi, étaient les stars du marché. L’accessoire affirme votre élégance tout en protégeant votre tête du soleil et des coups de vent. Le chapeau pillbox possède des bords arrondis et hauts. Les couvre-chefs extravagants prennent l’apparence d’assiette et de bol rond. Les bandeaux et les clips ne compriment guère les cheveux et sont à vocation ornementale. Les adolescentes préféraient le béret en laine pelucheuse.

Les chapeaux sont cousus en dentelle, en feutre, en paille fine, en velours, en mailles ou en fourrure brossées. Ils s’agrémentent de nœuds, de fleurs ou d’une plume, des ornements simplistes.

A lire également : Dita Von Teese : La reine du burlesque

Les chaussures des années 50

Vous n’avez que l’embarra du choix sur les centaines de modèles de chaussures vintages.

Les mocassins à talon, entre praticité et esthétisme

Le style féminin ne jure que par les talons et les escarpins. Les mocassins ont ainsi été adaptés selon cet esprit.

Il n’y a rien de plus confortable que les mocassins à talon des années 50. Ils conjuguent élégance et confort. Leur mariage avec la robe vintage produit un look pin-up typique.

Les mocassins bas sans talon ont aussi la cote. Ils sont les alliés incontournables des femmes actives qui jonglent entre vie privée et vie professionnelle. L’accessoire unisexe séduit même la gent masculine.

Les ballerines : les accessoires ultra-féminins

Les ballerines ont conquis le cœur des femmes des années 50 avant de revenir en force ces dernières années. Elles s’assortissent idéalement avec une robe à pois ou une robe rockabilly. Les deux combinaisons aboutissent à un look propre au folklore de l’époque.

Tout comme les ballerines, les talons plats offrent un confort exceptionnel, ce qui ne manque pas de plaire aux femmes glamour. Son association avec la robe corolle ou la robe swing incarne l’élégance.

Les indispensables chaussures à talon

Audrey Hepburn a propulsé sur le devant de la scène les chaussures à talons de chaton. Meilleures alliées des robes fourreaux, des robes crayons et des robes classiques, elles rallongent votre silhouette. Elles sont parfaites pour vous habiller à un mariage, une soirée glamour ou une cérémonie officielle.

Les chaussures à talon se déclinent sous une variété de couleurs. Assurez-vous seulement de correspondre la nuance à celle de votre robe et de votre sac à main. Libre à vous de jouer sur les contrastes. Dans cette lancée, les escarpins bilocores à talons se combinent avec une robe trapèze sombre, une robe manteau ou une robe fourreau claire.

devant un fond uni jaune, une femme en robe rétro noire à pois blancs et un jolie chignon sourit et tient des dollars dans sa main. elle tient un sac à main blanc dans l'autre main.
So rétro

Les coiffures des années 50

La coiffure à l’ancienne fait son grand retour. Voici les coupes symboliques des fifties.

Le chignon banane et son volume maîtrisé

Le chignon banane a marqué les esprits. Malgré l’évolution de la mode, la coiffure a conservé sa notoriété. Aujourd’hui, la coupe coiffe les femmes à toutes les occasions. La coiffure banane convient aussi bien aux cheveux courts qu’aux cheveux longs. Elle est en harmonie avec une robe chemise ou une robe manteau.

Sa confection paraît, à première vue, complexe. Entre les plies et les épingles, difficile d’obtenir un chignon banane qui tient toute la journée. À force de pratique et de persévérance, vous parviendrez à vos fins. Sinon, faites appel à un professionnel.

Les coupes courtes originales

Si avant la guerre, la coupe courte était mal vue sur une tête féminine, elle est devenue incontournable après 1945. Certaines femmes n’hésitent plus à sacrifier leur longue chevelure pour adopter le carré court. D’autres bouclent leurs cheveux afin d’obtenir un effet court.

La coupe garçonne fait partie des coupes audacieuses et excentriques. Jean Seberg (une actrice américaine) a vulgarisé le style. Avec une robe noir rockabilly, un collier à perles et des gants en velours, la coupe vous donne l’air d’une réelle pin-up. N’oubliez pas les lunettes papillon ou les lunettes œil de chat.

Le magnifique chignon bouclé

Le chignon bouclé a l’avantage d’être polyvalent. La coiffure s’adapte à toutes les tenues. À l’inverse du chignon banane, le chignon bouclé est facile à réaliser. L’usage de quelques bigoudis facilite le pliage des mèches. Au terme de quelques heures de patience, vous obtiendrez des boucles régulières. Aujourd’hui, le fer à boucler vous permet de les confectionner en un rien de temps. Pour garantir leur tenue, attachez plusieurs minutes avec des pinces les boucles fraîchement réalisées, le temps de les sécher.

Le chignon bouclé se porte en haut ou en bas, selon le style. Si le premier choix apporte un look strict, le second vous donne de la classe. À tous les égards, les boucles soyeuses s’accordent avec toutes les robes vintages. En guise de maquillage, contentez-vous d’un trait d’eye-liner afin de sublimer votre regard.

Porter une robe année 50 : en résumé

Voulez-vous savoir comment porter une robe année 50 ? Concentrez-vous en premier lieu sur les modèles phares de l’époque. La robe corolle, la robe rockabilly, la robe swing, la robe à pois, la robe chemise, la robe trapèze, la robe manteau et la robe fourreau regroupent les tenues emblématiques des fifties.

Après le choix de la robe, pensez aux accessoires. Composez votre tenue d’un sac à main vintage, d’une paire de bas, de gants, un chapeau et des lunettes de soleil rétro.

Concentrez-vous ensuite sur les chaussures. Votre choix se porte entre les mocassins (avec ou sans talon), les ballerines et les chaussures à talon des années 50.

Peaufinez votre look avec la bonne coiffure. Souhaitez-vous un chignon bouclé, un chignon banane ou une coupe courte ?

Et vous, que vous inspire la mode des années 50 ? Que pensez-vous des coupes des robes vintages ? Comment porteriez-vous ces modèles ? Quels accessoires utiliseriez-vous ? Votre point de vue nous intéresse, alors laissez-nous un commentaire.

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous pour recevoir des promos exclusives et des offres spéciales.